Balades et Randonnées - Missillac, La Roche aux Loups,









Département  44
Type      
Distance 10 km
Difficulté  Niveau 2
Dénivelé 
Elevation Min  0.00m
Elevation Max  26.00m
Coordonnées    -2.209432° , 47.458781°
Fichier GPX   Télécharger
Fichier PDF    Télécharger (996 Ko)  
Date rando 0
Vu 650 fois


 

Entre Missillac et la Chapelle-des-Marais (D2), à l’Angle Bertho, prendre la direction de Sainte-Reinede-
Bretagne (D4). Tournez à gauche à la Gravelais.

Cette balade offre une promenade champêtre du moulin Sérot au marais du Gué Neuf. Au détour du chemin, laissez-vous surprendre par l’insolite silhouette du
dolmen de la Roche aux Loups et tendez l’oreille pour écouter la vie abondante des petites mares qui jalonnent le parcours.
 
Hébergement et restauration disponible sur cette itinéraire bientôt disponible
 
Au terrain des Amis de Bergon, prenez à droite sur la route, traversez la RD 4, continuez puis empruntez le
premier chemin à droite après le village de Bercéhan. Au carrefour suivant, tournez à gauche et continuez sur
1 km. Prenez ensuite à droite et continuez tout droit à la prochaine intersection en direction de la Régaudais.
Dans le village, tournez à droite après l’abribus.

1)ŒPrenez le chemin à gauche et poursuivez pendant 1 km environ avant de tourner à droite. Au carrefour suivant,tournez alors à gauche pour rejoindre le village du Haut-Bergon. Traversez de nouveau la départementale et continuez sur le chemin à travers prairies et marais pendant 2,5 km.

2) Tournez ensuite à droite pour rapidement reprendre la route vers la gauche sur 700 m avant de tourner de
nouveau à droite. Au bout du chemin prenez à gauche pour arriver à la Jô.
Ž
3) Traversez le lieu-dit puis tournez à droite pour monter le chemin enherbé. Tournez de nouveau à droite et continuez sur 500 m avant de reprendre à gauche. Continuez encore 500 m et prenez à gauche pour rejoindre le dolmen de la Roche aux Loups. Continuez tout droit jusqu’à rejoindre la Gravelais. Tournez alors à droite dans le village pour retrouver le point de départ de la randonnée.
  Qui sont les Bergonniers ?

Vous êtes au pays des bergonniers. Ni lutins, ni elfes ce sont des gens d’ici, de Bergon. Les bergonniers
étaient des fabricants de chaux. Une carrière de calcaire se situait à proximité du village et alimentait les fours. Les pierres de calcaires étaient concassées et chauffées à une température élevée. Elles
se calcinaient ainsi peu à peu. Sous l’effet d’une réaction chimique nommé « pyrogénation », le gaz
carbonique libéré faisait éclater la pierre en tout petits fragments ou même en poudre. Celle-ci, une fois
hydratée, donnait la chaux éteinte qui servait pour chauler les arbres et blanchir les maisons.

Les dolmens

Ces monuments ne sont plus que les parties encore visibles d’édifices funéraires érigés entre 5 000 et
4 000 ans avant J.-C. Composés d’une ossature mégalithique (piliers et dalles de couverture) recouverte d’un tertre ou d’un cairn, ils comprenaient une chambre funéraire et un couloir d’accès. Ils servaient à la fois de tombe collective et d’édifice de prestige marquant un territoire. Les dolmens sont les plus anciennes constructions en matériaux durables que l’on connaisse.

La légende des loups

On présume que ce dolmen était le lieu de rendez-vous des loups, d’où son nom « Dolmen de la Roche
aux loups ». De nombreuses légendes gravitent autour des loups. Ces animaux avaient pour habitude
de se réunir en bandes, l’hiver, ils parcouraient les campagnes et n’hésitaient pas, poussés par la faim
à s’en prendre aux hommes. Tout le monde en avait peur, et peu à peu est née la légende des loupsgarous,
sorte de sorciers qui, la nuit, se transformaient en loups… À la fin du 16e siècle, cette croyance
perdurait puisqu’un homme accusé de tels pouvoirs fut condamné au bûcher par le tribunal de Dôle.

Les mares

Amusez-vous à compter le nombre de mares sur le parcours. Si certaines d’entre elles sont formées
naturellement, l’essentiel des mares bocagères est d’origine humaine répondant à une fonction précise,
celle d’offrir un point d’eau permanent au bétail. Malmenées au cours des dernières décennies,
beaucoup ont disparu du fait d’une politique de comblement de ces zones prétendues insalubres. Mais
aujourd’hui, la loi sur la protection de l’eau et le maintien des zones humides permet d’inverser cette
tendance, la destruction de ces habitats ayant été reconnue néfaste pour le devenir des populations
d’amphibiens (triton, crapaud, rainette verte…).
 

   Gicquel Site :
 
L'auteur ne serait être tenu pour responsable dans l'hypothèse d'un accident sur les itinéraires et tracés suggérés, et ce , quelles qu'en soient les causes
retour

© http://www.bretagne-rando.com , info@bretagne-rando.com , © credit photos : Francis RICHARD   
 
Site réalisé par www.ouestinternet.fr
Précédent
Clavier flèche Gauche
Suivant
Clavier flèche droite
Fermer Déplacer